Visites aux expositions du Conseil Européen de Recherche Nucléaire (CERN)

Aujourd’hui, c’est un billet à quatre mains que vous lisez puisque Nadir, ma moité, va mettre son petit grain de sel scientifique. Vous trouverez donc un lexique en fin d’article où tous les mots avec un astérisque (*) vous y sont définis. Nadir est docteur en physique des particules depuis 2013 et est chercheur dans ce même domaine. Il travaille sur la matière noire et c’est pendant les vacances que nous sommes donc retournés sur son lieu de travail -pour son plus grand bonheur!- pour visiter les deux expositions qui y sont présentes.
Mais au delà de proposer deux expositions qui vulgarisent un peu ce qui s’y passe, le CERN, situé à Meyrin en Suisse, est le plus grand centre de physique des particules au monde et c’est aussi là qu’est né le web!
Rien que le lieu en lui-même ressemble à une petite ville puisque des chercheurs du monde entier s’y retrouvent et peuvent même séjourner dans ses hôtels, emprunter une voiture ou un vélo pour s’y déplacer et même se faire un restaurant midi ou soir.

En ce qui concerne les expositions ouvertes au grand public, la première est située dans le globe de la science et de l’innovation et la seconde est l’exposition Microcosm située à l’entrée du Cern, juste en face…il n’y a qu’à traverser.
Afin de balayer rapidement les informations pratiques, sachez que si vous habitez à Genève ou venez y passer un week end, vous pouvez vous rendre au CERN (et donc à ces expositions qui sont gratuites) par le tram 18 à l’arrêt CERN. Ce tram s’attrape notamment depuis la gare Cornavin.

dsc06556
Le globe de la science et de l’innovation.

Vous ne pouvez pas le louper en arrivant, ce globe en bois est immense. Pour rentrer, il suffit de se diriger un peu sur la droite et vous y trouverez la porte, l’entrée est en libre accès. Mais avant, vous ne pourrez pas manquer cette magnifique sculpture intitulée « Pérégrinations à l’infini ». Ce mastodonte de métal de 15 tonnes représente un ruban de 11 mètres de haut sur lequel sont gravées, dans l’ordre chronologique, les 396 grandes découvertes scientifiques les plus emblématiques. Tout un article est disponible sur cette superbe sculpture juste ici, sur le site du CERN.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous entrez donc dans ce globe, par la droite, mais tout est fléché donc il n’y a vraiment pas de raison de se perdre. L’entrée donne sur un couloir très court qui mène à l’unique pièce circulaire qui est très sombre pour laisser place aux animations. L’ambiance y est assez futuriste, tout en courbes et bulles. Cette exposition, nommée très simplement « Univers de particules » vise à expliquer de manière très ludique l’aventure humaine et technologique qui se passe au CERN mais aussi d’où nous venons, ce qu’est le big bang et la matière.
Naissance de l’Univers, rôle de chaque particule ou encore les acteurs du CERN, tout vous sera présenté avec des outils interactifs.
Les boules que vous voyez sur les photos, par exemple, sont tactiles et vous pouvez sélectionner plusieurs menus en fonction de votre curiosité. Des fauteuils style « Men in Black » permettent de s’asseoir un peu tout en écoutant les bandes son qui y sont disponibles.
Toutes les demi-heures, se déroule une animation (alternativement en français et en anglais) : plongés dans le noir, les animations tactiles s’éteignent et le spectacle commence. Les murs se transforment en écrans géants nous plongeant dans l’Univers depuis sa naissance à aujourd’hui comme si on était une particule parmi les autres! J’ai trouvé ce passage génial parce que les explications sont très simples (compréhensibles aussi par les enfants) et le spectacle est très joli.
Au delà de ces outils interactifs, vous pourrez retrouver d’anciennes pièces utilisées comme des détecteurs à cristaux*, des calorimètres*, un piège à antimatière* ou même le tout premier accélérateur circulaire* qui tient dans la main!
dsc06635
dsc06572
dsc06576
dsc06575
dsc06574

En tant que bonne littéraire qui n’y connait rien j’ai adoré cette exposition et je n’ai pas du tout été perdue! Déjà, j’ai appris beaucoup de choses sur la naissance de l’univers, ce qui nous compose. J’ai aussi beaucoup aimé en savoir un peu plus sur les recherches qui se sont faites et qui se font encore aujourd’hui au CERN. On a souvent tendance à occulter le fait que des gens passent leur vie à « chercher » et pourquoi ils le font.
J’ai aimé l’aspect très ludique et l’atmosphère qui a été créée dans cette pièce. Les pièces d’origine retracent un peu l’histoire de ces recherches, les bulles interactives permettent de choisir ce que l’ont veut découvrir mais il y aussi des sièges – hyper confortables – un peu à la « Men in black » qui parlent et expliquent plusieurs aspects de la naissance de l’univers ou encore de la matière.

Exposition « Microcosm »
Après avoir passé une bonne heure et demi dans le globe, nous décidons de traverser pour visiter l’exposition « Microcosm ». Elle aussi est en lire accès, gratuite.
L’entrée se fait par un « couloir chronologique » qui constitue le Big Bang puisque le sol est pourvu de la frise chronologique et les murs de représentations de l’univers au cours de cet infime laps de temps.
dsc06644

Cette exposition est tout aussi « numérisée » mais elle propose beaucoup plus de pièces physiques qui éclairent le visiteur et donnent un peu plus de réalisme. Elle se compose de trois grands espaces, dont le premier présente surtout le site du CERN, l’accélérateur à particules, la manière dont il fonctionne et à quoi il sert. Dans cette première pièce, on trouve d’ailleurs une chambre à brouillard* qui permet de rendre visible à l’oeil nu des particules en les injectant nous même!

De grands écrans tactiles sont disponibles, présentant des acteurs (ingénieurs, chercheurs par exemple) du CERN qui présentent leur travail. Des écrans sont aussi disponibles pour « surveiller » l’accélérateur et les éventuelles collisions de particules, ce sont les données en temps réel, ce qui est assez cool pour un visiteur lambda je trouve!
Comme dans l’exposition du globe, et d’ailleurs beaucoup plus, de véritables pièces du détecteur sont disponibles.

Ce côté de l’exposition est tout aussi fun et rentre un peu plus dans le coeur du sujet, elle est plus axée sur le travail des chercheurs, sur la vie du CERN et sur l’univers des particules. Les scientifiques en herbes adoreront!!

Je vous laisse avec les photos et garde un peu de mystère sur les contenus pour ceux qui aimeraient la visiter un jour et j’espère vous avoir donné envie de visiter ces deux super expos très accessibles!

dsc06704

dsc06697

dsc06699

chambre_brouillard

dsc06663

dsc06680

dsc06687

dsc06667

Késako? A quoi ça sert? (Merci à Nadir d’avoir fait ce petit lexique!)

Détecteur à cristaux Appareil permettant de détecter le passage de particules. Les particules provoquent l’émission de lumière dans les cristaux. L’intensité de cette lumière indique drectement l’énergie de ces particules.

Calorimètre Appareil permettant de mesurer l’énergie des particules. Certains calorimètres utilisent des cristaux ou des plaques de plastique, mais d’autres techniques peuvent être employées.

Piège à antimatière Dispositif permettant d’isoler des particules d’antimatiére. Il existe au CERN un « décélérateur d’antiprotons » (soit le contraire exact d’un accélérateur de protons). Des protons sont dans un premier temps accélérés, puis lancés contre une cible fixe. Les collisions entre les protons et les atomes de la cible produisent des antiprotons. Ceux-ci se déplacent à une vitesse proche de celle de la lumière. Le décélérateur les ralentit afin de les envoyer ensuite dans des pièges pour y fabriquer des anti-atomes, comme l’anti-hydrogène.

Accélérateur de particules Machine qui déplace des particules. Certains accélérateurs servent à provoquer des collisions entre particules, ou des collisions de particules sur des cibles fixes, afin d’étudier les particules produites par ces collisions. Les accélérateurs sont utilisés dans des domaines variés (physique, biologie chimie, etc). La plupart des accélérateurs en service dans le monde sert en fait à diverses applications médicales (imagerie, radiothérapie, hadronthérapie).

Chambre à brouillard Un des plus anciens types de détecteur de particules, constitué d’une enceinte contenant un brouillard d’eau ou d’alcool. Lorsqu’une particule (chargée électriquement) traverse la chambre, une traînée lumineuse se forme sur son passage. L’épaisseur et la trajectoire de ces traînées permettent d’identifier la particule. La chambre à brouillard permet de visualiser à l’oeil nu le passage des particules, malgré leur taille infiniment petite.

1 Comments

  • Ohhh !! C’est dommage que je ne sois pas un peu plus près je serais allée avec mon grand 🙂 Super article, ça change, ça fait plaisir et on apprend des choses très intéressantes ! Franchement j’adore ! Bravo !

    Répondre

Write a comment